% d’oxygène pour la mesure des Composés Organiques Volatils (COV).

L’objet de cet article est d’attirer l’attention des exploitants sur la question du % d’oxygène indiqué dans les arrêtés préfectoraux pour les mesures de Composés Organiques Volatils (COV). Il arrive qu’il soit par exemple spécifié que les concentrations mesurées doivent être ramenées à une teneur en oxygène de 3%. Nous allons illustrer ci-dessous les conséquences que cela peut engendrer sur la base d’un cas concret rencontré.

Il s’agit d’un exploitant qui a mis en place un système de traitement des émissions canalisées de Composés Organiques Volatils (COV) par oxydation thermique régénérative (incinérateur).

Selon les termes de l’arrêté ministériel du 2 févier 1998, la concentration en Composés Organiques Volatils (COV) en sortie d’épurateur doit être inférieure à 20 mgC/Nm3 ou à 50 mgC/Nm3 si le rendement d’épuration est supérieur à 98%.

Il est précisé dans l’arrêté préfectoral d’autorisation du site que la concentration mesurée doit être rapportée à une teneur en oxygène de 3%.

La conversion en concentration exprimée à une valeur en oxygène de référence est donnée par :

 avec : CO2,réf     concentration aux conditions d’oxygène de référence,

          CO2,conduit concentration aux conditions réelles d’oxygène dans le conduit,

          O2,réf      concentration en oxygène de référence (% vol.),

          O2          concentration en oxygène réelle dans le conduit (% vol.).

Lors de la campagne de mesures réalisée annuellement pour déterminer la quantité de COV détruite par l’oxydeur thermique, nécessaire pour réaliser le Plan de Gestion des Solvants (PGS) et vérifier la conformité par rapport aux Valeurs Limites d’Emissions (VLE) de l’arrêté ministériel du 2 février 1998, la teneur en oxygène mesurée en aval de l’oxydeur thermique est de 19.66% et la concentration en COV est de 20 mgC/Nm3.

Cette prescription implique que pour respecter une concentration en Composés Organiques Volatils (COV) maximale de 20 mgC/Nm3 à 3% d’oxygène, comme demandé dans l’arrêté préfectoral d’autorisation, la concentration en Composés Organiques Volatils (COV) mesurée à 20% d’oxygène doit être inférieure à 1.4 mgC/Nm3.

Or il est pratiquement impossible de respecter cette valeur de manière constante sur le long terme. La conséquence est que bien que l’exploitant ait investi dans un système de dépollution des rejets COV et mis en place un système correspondant aux Meilleures Technologies Disponibles (MTD), la conformité réglementaire n’est toujours pas atteinte.

Si vous souhaitez laisser un commentaire. If you wish to leave a message or advice :

Mail : christine.delahaye-itg@wanadoo.fr