Conférences Bilan Carbone

Actualité Bilan Carbone : l’UIMM (Union des Industries et des métiers de la Métallurgie) a récemment organisé au sein du Club des Ardennes et du Club de la Marne, deux journées d’information dont le thème principal était le Bilan Carbone.

Ces conférences présentées par Christine Delahaye ont eu lieu le 28 février 2008 à Haute Rivière (Ardennes) et le 11 mars 2008 à Dizy (Marne).

L’intitulé de la conférence sujet était « Le Bilan Carbone : modalités de réalisation et bénéfices pour l’entreprise ».

Chaque intervention a accueilli une trentaine de Responsables Environnement et/ou Sécurité de l’industrie de la métallurgie. Lire la suite »

Actions DRIRE pour 2008

La circulaire du MEDAD du 23 janvier 2008 fixe les actions nationales de l’inspection des installations classées pour 2008. La réduction des émissions de Composés Organiques Volatils (COV) est une priorité dans l’industrie.

l’accent sera aussi mis sur l’efficacité énergétique et l’utilisation des Meilleures Technologies Disponibles (MTD). L’inspection des installations classées pourra prescrire à l’industriel un diagnostic énergétique et un bilan Carbone, conformément aux conclusions du Grenelle de l’Environnement.

Pour  en savoir plus :

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Circulaire_AN_23_01_08_cle771344.pdf

Bilan Carbone

L’article 26 de la Loi Grenelle II prévoit l’obligation pour toutes les entreprises privées de plus de 500 salariés (et celles de plus de 250 salariés outre-mer) et les entreprises publiques de plus de 250 salariés, d’effectuer un bilan de leurs émissions de gaz à effet de serre, ainsi que définir un plan d’action pour les réduire, avant le 31 décembre 2012. Ce bilan carbone, rendu public, devra être mis à jour tous les trois ans.

LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement – JORF du 13/07/10.

Le décret d’application N°2011-829 relatif au bilan des GES et au plan énergie climat est paru le 11/07/2011.

Pour consulter l’intégralité du décret d’application : 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024353784&dateTexte=&categorieLien=id

Quelques données générales

Selon les données soumises au Secrétariat de la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) par les pays signataires de la convention, les 40 pays les plus industrialisés ont encore augmenté leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2005. Ainsi à cette date, leurs émissions ont atteint 18,2 milliards de tonnes. Cette tendance à la hausse observée depuis plusieurs années va de paire avec la croissance continue de plusieurs pays, et pourrait remettre en cause la réussite des objectifs fixés par le protocole de Kyoto (objectif global de réduction des émissions de GES de 5% par rapport à 1990 à réaliser sur la période 2008-2012). Selon les chiffres qui viennent d’être publiés, cette réduction atteint 2,8% en 2005.

Il reste donc de nombreux efforts à faire afin d’atteindre -5% en 2012. De plus, les connaissances désormais disponibles sur le fonctionnement du climat permettent de conclure que les émissions mondiales de CO2 d’origine fossile doivent être divisées par deux – d’ici 2050 – pour que ce gaz cesse de s’accumuler dans l’atmosphère.

Dans une logique de développement durable où tout humain a droit au même potentiel d’émissions, cela suppose une réduction par quatre des émissions françaises – d’où le scénario « facteur 4 » annoncé par la France (diminution de 75% de nos émissions de CO2). Comme pour agir, il faut connaître, la méthode Bilan Carbone® permet d’évaluer, en ordre de grandeur, les émissions de gaz à effet de serre répertoriés par le protocole de Kyoto, aussi bien celles produites directement par l’activité de production de l’entreprise, que celles produites indirectement.

Qu’est ce que le Bilan Carbone®

Le Bilan Carbone® permet d’évaluer, en ordre de grandeur, les émissions de gaz à effet de serre engendrées par l’ensemble des processus physiques qui sont nécessaires à l’existence d’une activité ou organisation humaine, dès lors qu’il est possible de lui assigner des frontières claires.L’un des points fondamentaux de la méthode consiste à mettre sur un pied d’égalité les émissions de gaz à effet de serre qui prennent directement place au sein de l’entité (qui sont, d’une certaine manière, de sa responsabilité juridique ou territoriale directe) avec les émissions qui prennent place à l’extérieur de cette entité, mais qui sont la contrepartie de processus nécessaires à l’existence de l’activité ou de l’organisation sous sa forme actuelle.

Dans cette deuxième catégorie, on trouvera par exemple les émissions d’un camion affrété par une entreprise alors qu’il ne lui appartient pas.

Bilan Carbone

L’une des conséquences de la prise en compte, par la méthode, des émissions directes et indirectes est une indifférence totale à la localisation des émissions de gaz à effet de serre analysées. Ce choix se justifie par les très longues durées de résidence dans l’atmosphère des gaz en question une fois émis (voir ci-dessous). Cette comptabilisation simultanée des émissions internes et externes amène inévitablement la question de la responsabilité : faut-il se considérer comme « responsable » de toutes les émissions prises en compte dans le Bilan Carbone® ?

En fait, le degré de responsabilité s’appréciera au cas par cas, en fonction des émissions considérées, du contexte d’ensemble, et, fatalement, de ses propres critères. L’inscription d’émissions dans un Bilan Carbone® signifie simplement que l’entité tire un bénéfice du processus situé chez autrui ou chez elle et qui a engendré des émissions. Pour l’essentiel des exploitations faites avec le résultat, la question de la responsabilité peut rester en suspens sans que cela ne nuise à l’analyse.

Méthodologie

1. Gaz à effet de serre retenus

Les gaz à effet de serre qui sont comptabilisés sont essentiellement ceux qui sont repris dans le cadre du protocole de Kyoto (initiative internationale phare en matière de réduction des gaz à effet de serre) :
 

 

 

 

 

  • le gaz carbonique (CO2) d’origine fossile
    Durée de résidence dans l’atmosphère est de l’ordre du siècle
  • le méthane (CH4)
    Durée de résidence dans l’atmosphère est de l’ordre de la décennie
  • l’oxyde nitreux (N2O)
    Durée de résidence dans l’atmosphère est de l’ordre du Siècle
  • les hydrofluorocarbures (CnHmFp)
    Durée de résidence dans l’atmosphère s’échelonne de quelques semaines à quelques siècles
  • les perfluorocarbures (CnF2n+2)
    Durée de résidence dans l’atmosphère est de l’ordre de quelques siècles à plusieurs dizaines de millénaires
  • l’hexafluorure de soufre (SF6)
    Durée de résidence dans l’atmosphère est de quelques milliers d’années

2. Principe du facteur d’émission
Dans la très grande majorité des cas, il n’est pas envisageable de mesurer directement les émissions de gaz à effet de serre résultant d’une action donnée. La seule manière d’estimer ces émissions est alors de les obtenir par le calcul, à partir de données dites d’activité : nombre de camions qui roulent et distance parcourue, nombre de tonnes d’acier achetées, etc. La méthode Bilan Carbone® a été mise au point pour permettre de convertir, ces données d’activités en émissions estimées. Les chiffres qui permettent de convertir les données observables dans l’entité en émissions de gaz à effet de serre, exprimées en équivalent carbone, sont appelés des facteurs d’émission.

Electricité par réseau

3. Résultats obtenus

  • Quantification des émissions
    Comme l’essentiel de la démarche est basé sur des facteurs d’émission moyens, cette méthode a pour vocation première de fournir des ordres de grandeur, ce qui ne constitue pas un obstacle à la finalité de la méthode Bilan Carbone®, qui se veut avant tout un outil pour définir des actions de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour enclencher puis évaluer l’action, il suffira de disposer d’une hiérarchie des émissions et d’ordres de grandeur pour ces dernières, une évaluation à 20% étant suffisante.
    Emissions par poste
  • Simulation impact variations économiques
    Grâce à la connaissance des émissions et par l’intermédiaire d’un module de monétarisation, il est ensuite possible d’établir une simulation économique liée à la hausse du prix des hydrocarbures. Cette simulation peut prendre en compte de multiples hypothèses comme le prix du baril de pétrole et le taux de conversion dollar-euro. L’objectif est de disposer d’un ordre de grandeur de surcoût lié à la hausse des hydrocarbures. Pour chaque poste, on connaît ainsi la contrepartie « chiffrée » d’une hausse du prix des hydrocarbures.
    Contrepartie Hausse Hydrocarbure
    Cette même anticipation économique est réalisable dans l’hypothèse d’une fiscalité (taxes ou quotas) sur les émissions de gaz à effet de serre.

Bénéfices résultant de la mise en oeuvre

Le premier bénéfice retiré de la méthode est de disposer d’une radiographie de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre pour une activité, un site et donc d’une mise en évidence de l’ensemble des postes sur lesquels il est possible de jouer ensuite pour faire baisser son impact global sur le changement climatique.

Puisque le lieu des émissions est sans influence en ce qui concerne leur effet sur le climat, parvenir à obtenir une réduction directement chez soi, ou la provoquer « ailleurs » comme conséquence d’une décision propre (exemple : décider de changer de transporteur pour bénéficier de camions plus économes en carburant) procurera un même effet sur les émissions globales du système.

Dans le cadre du scénario « facteur 4 » annoncé par la France (réduction de 75% de nos émissions d’ici à 2050), une activité réellement durable doit s’inscrire dans le respect de cette contrainte.

De plus, les connaissances disponibles sur les ressources en hydrocarbures laissent penser que, si une division des émissions mondiales de CO2 fossile n’est pas atteinte volontairement, elle le sera involontairement.

Ces éléments nous amènent à de nombreuses questions sur le fonctionnement actuel de toute organisation (entreprise ou collectivité) et le Bilan Carbone® est une première étape utile pour se projeter dans cet avenir contraint.

Le Bilan Carbone® permet de répondre aux questions suivantes :

  • Quel est l’impact de mon activité sur l’environnement ?
  • Quelle est ma dépendance vis-à-vis des énergies fossiles ?
  • Quelle est ma vulnérabilité face aux fluctuations du prix de l’énergie et à une taxation des émissions de gaz à effet de serre ?
  • Mon activité est-elle pérenne au regard de la raréfaction des énergies fossiles ?
  • En quoi puis-je agir sur le court et moyen terme pour réduire ma dépendance énergétique et mon impact sur l’environnement?

Il sera utilisé pour :

  • modifier la stratégie de l’activité afin de la rendre progressivement moins émettrice de gaz à effet de serre,
  • anticiper l’impact d’une augmentation du prix des énergies fossiles sur les résultats financiers de l’entreprise,
  • modifier la stratégie de l’activité afin de la rendre progressivement moins dépendantes des énergies fossiles (pénurie),
  • anticiper l’impact de l’instauration d’une taxe carbone sur les résultats financiers de l’entreprise,
  • réduire ses factures d’énergie,
  • se préparer à une augmentation des obligations règlementaires en la matière,
  • demander aux fournisseurs de faire leur Bilan Carbone® pour les choisir en fonction de leurs performances en la matière (ce qui est de toute façon un moyen pour se couvrir contre les hausses futures des combustibles fossiles ou la taxation vraisemblable des émissions),
  • inclure un objectif de réduction dans un système de management environnemental (y compris ISO ou EMAS),
  • calculer, pour les entreprises qui y seront soumises, leurs émissions dans le cadre de la Directive « permis »,
  • publier le montant des émissions, volontairement (rapport environnement) ou dans le cadre d’obligations ou d’engagements,
  • communiquer sur cet engagement auprès de consommateurs que l’on sait de plus en plus sensibles aux questions environnementales,
  • se différentier de concurrents moins précautionneux

Enfin, l’entreprise pourra, si elle souhaite être « solidaire », – décider de « compenser » les émissions incompressibles par le financement d’actions environnementales dans les pays en voie de développement.

« Bilan Carbone® » est une marque déposée de l’ADEME.

Audit énergie

L’ efficacité énergétique et la réduction des coûts opérationnels sont des enjeux majeurs dans une industrie du traitements des surfaces très concurrentielle. Entre 2002 et 2012, l’électricité et le gaz ont augmenté respectivement de 40% et de 70%.

Dans le cadre du protocole de Kyoto, les industries doivent aussi faire face à une réglementation de plus en plus contraignante concernant les émissions de gaz carbonique CO2.

De plus, dans un environnement géopolitique instable et de raréfaction des énergies fossiles, l’indépendance énergétique constitue un enjeu fondamental pour la pérennité des entreprises.

Dans ce contexte, l’exploitant recherchera un accompagnement dans l’analyse de ses consommations d’énergie pour les réduire et se tourner vers les énergies « dites » renouvelables : cette démarche s’intégrant totalement dans une politique de développement durable.

quantification des consommations      cliquez sur le tableau

Résultats de l’audit énergie

Comme pour agir, il faut connaître, voici les informations et résultats issus de la réalisation d’un diagnostic énergies :

  • Quantification des différentes consommations pour toutes les énergies disponibles sur le site (par activité, process, utilités etc),
  • Hiérarchisation de ces consommations afin de déterminer les axes prioritaires d’actions,
  • Préconisation des dispositions à mettre en place pour réduire les consommations, (exemple lire dans les retours d’expérience l’article intitulé « Energie et Environnement : traitement des émissions de Composés Organiques Volatils COV et économies d’énergie« ),
  • Analyse de la faisabilité de l’utilisation des énergies renouvelables(exemple lire dans les retours d’expérience l’article intitulé « Energie et Environnement : lorsque les préoccupations environnementales rejoignent celles des économies d’énergie« ),
  • Evaluation des investissements à mettre en œuvre et des gains de consommations afférents,
  • Calcul de la réduction des rejets de gaz à effet de serre (GES) engendrée par l’utilisation des énergies renouvelables,
  • Intégration de ces données dans le Bilan Carbone.

Calcul réduction des rejets    cliquez sur le tableau

Bénéfices de l’audit énergie

Voici quelques bénéfices obtenus par les industriels grâce à la réalisation d’un diagnostic énergie :

  • Amélioration des performances des process,
  • Gains sur les consommations d’énergie, mise à jour des connaissances internes en matière de consommation d’énergie des procédés, services connexes,
  • Diminution et maîtrise des coûts énergétiques dans un contexte inflationniste,
  • Intégration des énergies renouvelables dans les évolutions futures des procédés,
  • Réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et de CO2.

Exemple de réduction des consommations d’énergie sur cabine de peinture

L’audit des consommations gaz et d’électricité d’une cabine de peinture avec un débit de 145 000 m3/ fonctionnant 24h/jour, 240 jours/an a mené à l’installation d’un dispositif d’optimisation de la ventilation. Cette modification a permis un gain financier de 81 000 euros et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (CO2) de 374 tonnes.

le dispositif est décrit dans la présentation ci- jointe.

Présentation VISION’AIR – PROB’AIR

Ce dispositif a reçu le prix de l’innovation au salon industrie 2016.

VISION AIR LAUREAT DU TROPHEE 2016

http://www.vision-air.org

Pour en savoir plus, lire aussi l’article :

http://www.depollution.org/2013/01/04/traitement-des-composes-organiques-volatils-sur-cabines-de-peinture-et-economies-denergie/#more-564

Biographie

De formation ingénieur chimiste (INSA-INSCIR Rouen), Christine Delahaye a débuté sa carrière en 1982, en tant qu’ingénieur d’affaires, chez BIGNIER SCHMID LAURENT, société spécialisée dans la conception et la fabrication de colonnes et équipements de distillation et raffinage.

Chargée de la définition des équipements internes aux colonnes, elle acquiert une connaissance des process utilisés dans les secteurs du raffinage, de la chimie et de la pétrochimie. Elle participe à la réalisation de grands projets industriels comme la construction et la modernisation des raffineries des principaux producteurs de pétrole des pays du Moyen Orient. Ses interlocuteurs sont alors les responsables de projets des grandes sociétés d’ingénierie américaines et japonaises telles BECHTEL, FLUOR, CHYIODA.

En 1987, elle complète sa formation par un Master of Business Administration, orienté gestion des investissements industriels. En 1988, elle intègre la société G2M, spécialiste dans la conception et la fabrication d’installations destinées aux secteurs du traitement de surfaces et de l’application de revêtements organiques (peintures, encres, vernis, gel coats, colles etc.). Chargée de l’élaboration de propositions technico-économiques concernant la construction d’ateliers complets, elle possède une connaissance de l’ensemble des technologies de fabrication et d’utilisation de ces produits organiques. Responsable des zones Amérique du Nord, Europe du Nord et Allemagne, elle s’imprègne de la variété des process utilisés, en particulier pour le traitement des pollutions de l’eau et de l’air engendrées par les activités de traitement de surfaces et d’application peintures, vernis, encres, émaux, colles, gel coats etc. Elle poursuit jusqu’en 1998, dans le même secteur d’activité au sein des entreprises SCIAKY et ABB Flexible Automation.

En 1998, elle développe dans un premier temps, une activité d’ingénieur conseil autonome, proposant des prestations d’aide à la conception d’ateliers « propres » de traitement de surfaces, d’application de revêtements organiques et de procédés d’élimination des pollutions produites (atmosphériques et dans les rejets liquides) par ces installations (en particulier des Composés Organiques Volatils COV). Les problématiques étudiées sont la réduction des pollutions atmosphériques et des odeurs, l’amélioration des atmosphères de travail et la maîtrise des risques chimiques liés à l’utilisation des solvants organiques.

Ses interlocuteurs sont les dirigeants d’entreprises, les responsables de production, les responsables Hygiène Sécurité et Environnement, les CHSCT, les médecins du travail. Les secteurs d’activité concernés sont tous les utilisateurs de produits solvantés comme les équipementiers et sous-traitants automobiles, les applicateurs de peintures, de gels coats et résines, les secteurs de l’emballage, du verre, du bois, de l’imprimerie, les fabricants d’encres, de peintures et de colles, la chimie (utilisant les polyuréthannes, les polystyrènes), les matériaux composites, la fonderie, les laboratoires pharmaceutiques, le traitement et recyclage des solvants usagés.

Sont aussi concernées toutes les industries mettant en oeuvre des matières premières contenant des Composés Organiques Volatils COV qui sont relargués dans l’atmosphère au cours du process : fabrication de chocolat, torréfaction du café, trituration des graines de colza, fabrication du pain etc.

La mise en place d’équipements de dépollution souvent très énergivores, l’amène à proposer une analyse de l’ensemble des consommations d’énergies (diagnostic énergétique) et des modes de production de celles-ci. Les enjeux sont la réduction des coûts énergétiques et l’utilisation des énergies renouvelables. Dans la continuité de son activité de diminution des pollutions atmosphériques, elle réalise depuis 2008 des Bilans Carbone. Après la phase de quantification des rejets de gaz à effet de serre GES, l’accent est mis avant tout sur la proposition de préconisations pour réduire ces émissions.

Grâce à son expérience de Responsable Export, elle accompagne aussi les groupes disposant d’implantations à l’international (équipementiers automobiles).

Christine DELAHAYE est :

– signataire de la charte ADEME (en cours de refonte) des intervenants pour l’aide à la décision Energie-Environnement dans le domaine de compétence AIR SOURCES FIXES depuis 2002 (prédiagnostic, diagnostic, étude de faisabilité). http://www.ademe.fr

– expert d’OSEO depuis 2003, pour l’analyse des projets d’innovation en matière de dépollution, soutenus par l’agence.

– membre et formatrice de l’IFETS, Institut Français de l’Environnement, des Techniques et des Services (anciennement Institut Français de l’Environnement et des Traitements de Surfaces) depuis 2005.  http://www.ifets.org

– membre du club des ECO ACTEURS du Val de Marne depuis 2005. http://www.valdemarne.com

– formatrice au CFDE (centre de Formation et de Documentation sur l’Environnement) depuis 2006.  http://www.cfde.cci.fr

– formatrice aux Techniques de l’Ingénieur.   http://www.techniques-ingenieur.fr

Pour voir la formation : http://formation.techniques-ingenieur.fr/bilan-cov-537.html

http://www.youtube.com/watch?v=9SFZZRFYbEg

– formatrice à CPE (Ecole de Chimie, physique, électronique) de Lyon.  http://www.cpe-formation.fr

– formatrice à l’AFNOR.  http://www.afnor.org/formation

– membre de la FIMEA (Fédération Interprofessionnelle des Métiers de l’Environnement).  http://fimea.wordpress.com/

– expert ADEME depuis 2011 pour l’analyse des projets d’innovation en matière de connaissance et de réduction des émissions de COV, soutenus par l’agence. http://www.ademe.fr

– membre du Comité Scientifique du congrès ATMOS’FAIR. www.atmosfair.fr/

– membre du groupe « Miroir » en charge avec le Ministère de l’Environnement MEDDE, de la révision du BREF STS (surfaces treatment using Solvents)

 

Technical expertise for Environment Protection and Economical use of Energy. Christine Delahaye will help you to quantify your VOC (Volatil Organic Compounds) emissions, greenhouse emissions, energy consumptions et to define solution and equipment to reduce them. Christine Delahaye will assist you until commissioning of equipments on site. The approach will comply with a strategy of sustainable development.

Christine Delahaye is :

Recommended by ADEME (French Agency for Environment and Energy Saving). http://www.ademe.fr

Expert for OSEO (French Agency for financing projects related to Environment Protection).

Member of IFETS (National Association for Environment, for Technologies and Services previously National Association for Surface Treatment and Environment Protection). http://www.ifets.org

Member of ECO ACTEURS du Val de Marne (Local Association of Companies supplying products and services related to the Environment Protection). http://www.valdemarne.com

Professor at CFDE (Teaching and Documentation Center for Environment). http://www.cfde.cci.fr

Professor at CPE Lyon. http://www.cpe-formation.fr

Professor at « Techniques de l’Ingénieur ». http://www.techniques-ingenieur.fr

To see the training : http://formation.techniques-ingenieur.fr/bilan-cov-537.html 

http://www.youtube.com/watch?v=9SFZZRFYbEg

Professor at AFNOR. http://www.afnor.org/formation

Member of FIMEA. http://fimea.wordpress.com/

Expert for ADEME (French Agency for Environment and Energy Saving)

Member of Scientific Committee of ATMOS’FAIR.   www.atmosfair.fr/

Member of « Miroir » group in charge of revision of the BREF STS (Surfaces treatment using Solvents)

Certifies that no commercial interest is related to equipments and services that are recommended in the frame of the expertise.

Retours d’expérience et actu

Références

Ces entreprises nous ont fait confiance :

  • ADOC (Association pour les Droits et Obligations des Crématoriums), étude émissions atmosphériques
  • AERAZUR (fabricant de pièces automobiles), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions SME/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place oxydeur régénératif de COV
  • ALBEA (fabricant de pièces cosmétique), analyse réglementaire, Plan de gestion des Solvants PGS/schéma de Maitrise des Emissions SME
  • ALLTUB (fabricant de tubes souples d’emballages), PGS/SME/traitement des émissions canalisées de COV
  • ANTEA (société d’ingénierie en environnement), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)
  • ARCELOR MITTAL (fabricant de bobines)
  • ARJOWIGGINGS (industrie papetière), Plan de Gestion des Solvants PGS
  • ARMOR (impression et enduction), traitement des émissions canalisées de COV
  • ASSISTANCE PRINTING (plateforme d’impression)
  • ATHALYS (traitement de déchets liquides industriels)
  • AUGROS (décoration sur pièces plastiques), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions SME/traitement des émissions canalisées de COV
  • AURYS groupe Saint Gobain (fabrication de verre plat), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place oxydeur régénératif de COV
  • BARET (imprégnation de bois)
  • BARRY CALLEBAUT (producteur de produits chocolatés), traitement des émissions canalisées de COV
  • BCV Technologie (fabricant de transformateurs électriques), Plan de Gestion des Solvants PGS/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place dispositif adsorption des COV sur charbon actif
  • BIO SPRINGER (fabricant de levures), Plan de Gestion des Solvants PGS/ Schéma de Maîtrise des Emissions SME
  • BISCHOF + KLEIN (fabrication emballages souples-flexographie), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions SME
  • BOBET (production de tissus enduits techniques), étude technico économique du remplacement épurateur thermique de COV
  • BOXAL (fabrication d’emballages métalliques bouteilles aérosols), étude technico économique du remplacement épurateur catalytique de COV
  • BP (centre de conditionnement de gaz),
  • BPB (fabricant de panneaux de construction en polystyrène expansé PSE)
  • BIORMIOLI ROCCO (industrie du verre), Plan de Gestion des Solvants PGS
  • CAMPA (fabricant de radiateurs), Plan de Gestion des Solvants PGS et étude impact remplacement peintures solvantées sur émissions COV
  • CAP ENVIRONNEMENT (mesures qualité de l’air et environnement atmosphérique)
  • CARDINAL HEALTH (laboratoire pharmaceutique), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place oxydeur régénératif de COV
  • CARGILL (producteur de produits chocolatés), traitement des émissions canalisées de COV, mise en place oxydeur régénératif de COV
  • CHRISTIAN DIOR (fabrication de produits cosmétiques), traitement des émissions canalisées de COV
  • CLAAS (fabricant de véhicules agricoles-tracteurs), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)/traitement des émissions canalisées de COV,
  • CLIP (production de lave glace) Plan de Gestion des Solvants PGS
  • CPC COTENTIN (impression en héliogravure), Plan de Gestion des solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions SME
  • COVAIR (spécialiste des mesures et contrôles rejets atmosphériques)
  • COVIDIEN (fabricant d’implants chirurgicaux) Plan de gestion des Solvants PGS
  • CPE (Ecole d’ingénieurs de Chimie, Physique, Electronique de Lyon), formation sur les émissions de COV et techniques de réduction
  • CRAY VALLEY (fabricant de résines), traitement des émissions canalisées de COV
  • D2I (fabricant de poêles en fonte INVICTA)
  • DECOTEC (fabricant de mobilier salle de bains), plan de gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des émissions SME
  • DELEK (centre de stockage d’hydrocarbures), étude réglementaire sur les émissions de COV
  • DUO EMBALLAGES (recyclage de fûts industriels)
  • DUO METAL (décapage thermique et reconditionnement de fûts industriels)
  • EADS (fabrication d’avions)
  • EAST BALT (boulangerie industrielle-fabrication de pains), étude technico économique traitement des émissions de COV, mise en place d’un oxydeur régénératif de COV
  • ECL (fabrication de biens d’équipement)
  • ECOVAL Maroc (traitement de déchets), Etude des émissions atmosphériques
  • ECOVALOR (traitement de déchets industriels)
  • EDAC (fabrication d’huisseries métalliques et échafaudages), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)
  • EDF (production d’énergies)
  • EFISOL (fabrication de panneaux isolants en polyuréthanne)
  • EMAILLERIE ALSACIENNE groupe Saint Gobain (fabricant de panneaux de construction isolants)
  • ERM (société de services en environnement)
  • ESSILOR (fabrication de verres optiques)
  • FAURECIA (équipementier automobile)
  • FERRO (fabrication de gel coats)
  • FEDERAL MOGUL (fabricant de plaquettes de freins), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)
  • FONDERIES DE BROUSSEVAL ET MONTREUIL (fabricant de pièces en fonte)
  • FORBO SWIFT ADHESIVES (fabricant de colles)
  • GCER Tunisie (fabrication de tuyauterie et chaudronnerie) diagnostic de pollution atmosphérique
  • GIBERT CLAREY, groupe Serge LASKI (imprimerie offset)
  • GREEN PACK (recyclage de fûts industriels)
  • GREIF (fabrication de fûts métalliques), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions (SME)
  • HELIOS (imprimerie en héliogravure), Plan de Gestion des Solvants PGS/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place oxydeur régénératif de COV
  • HISPANO SUIZA (fabrication de transmissions)
  • HOLLIDAY ENCRES (fabrication d’encres d’imprimerie)
  • HOLOGRAM (fabrication et impression de documents sécurisés), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place oxydeur régénératif de COV
  • HONEYWELL (fabricant de plaquettes de freins)
  • HYDRO ALUMINIUM (fonderie d’aluminium)
  • IMPRIMERIE VEDREINE (impression en héliogravure et en flexographie) Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions (SME)
  • INTERDECAF (fabricant de café décaféïné)
  • INDRAERO SIREN (fabrication de pièces pour l’aéronautique)
  • IPSEN (laboratoire pharmaceutique)
  • ISOCAB (fabricant de panneaux sandwich en mousse PU)
  • KEY PLASTICS INTERIORS (équipementier automobile)
  • KME (fabrication de tubes en cuivre)
  • KONECRANES (fabrication de palans et ponts roulants) Plan de Gestion des Solvants PGS
  • LABORD (fabricant de colles) Plan de Gestion des Solvants PGS
  • LA MAISON PILOTE (imprimerie flexo, groupe SEMOFLEX)
  • LA MARTINIQUAISE (fabrication et conditionnement de spiritueux)
  • LACHAUD (fabrication de matériels agricoles)
  • LECAPITAINE (carrossier frigorifique) Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)
  • LEGRAND (fabrication de matériels électriques)
  • LESCOT (fabrication de produits d’entretien pour automobile)
  • LHOTELLIERR2A (fabrication de moules pour industrie alimentaire), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place oxydeur régénératif de COV
  • LINEO (imprégnation de tissus) Plan de Gestion des Solvants PGS
  • LIR (décoration sur pièces cosmétiques)
  • LISI Automotive (fabrication de visserie technique)
  • L’OREAL (fabrication de produits de beauté)
  • LUNDIN (producteur de pétrole) Etude réglementaire
  • MAIRIE DE LILLE
  • MBDA (fabrication de missiles)
  • MECAPLAST (équipementier automobile)
  • MEDAD (ministère de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables)
  • MENZOLIT (fabricant de résines thermodurcissables)
  • MERCK SANTE (fabrication de principes actifs pour médicaments) traitement des émissions canalisées de COV
  • MSV (décoration sur pièces cosmétiques)
  • PANHARD GENERAL DEFENSE (fabrication d’équipements militaires)
  • PÉCHINEY RHÉNALU (laminage de feuilles en aluminium)
  • PEGUFORM (équipementier automobile)
  • PEUGEOT MOTOCYCLES (fabrication de motocycles)
  • PHILIPS CONSUMER COMMUNICATION (industrie de la téléphonie)
  • PIERCAN (fabricant de gants techniques)
  • PIERRE FABRE (industrie pharmaceutique)
  • PIREP (fabricant de pièces en PTFE) Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)/traitement des émissions canalisées de COV
  • PLACOPLATRE (fabricant de panneaux de construction en polystyrène expansé PSE)
  • PL MAITRE (fabrication de structures métalliques) Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)
  • POINT 44 (imprimeur)
  • POMPES SALMSON (fabrication de pompes industrielles) Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)
  • PROSEAT (fabrication de produits en mousse PU)
  • PRODEM groupe PMA (traitements de surfaces pour l’aéronautique)
  • RANGER (équipementier automobile)
  • RATP (matériel ferroviaire) Plan de Gestion des Solvants PGS
  • RECYTECH (recyclage et valorisation de déchets) traitement des émissions canalisées de COV
  • RECTICEL (fabricant de produits en mousse polyuréthanne PU)
  • REGMA TRANSFERT THERMIQUE (fabricant de matériels d’imprimerie)
  • REM (recyclage de fûts industriels)
  • RENAULT (constructeur automobile)
  • ROBERT JULIAT (fabricant d’éclairage scénique)
  • SAINT GOBAIN (fabrication de verre automobile)
  • SAFT (fabricant de batteries), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)
  • SANOFI (industrie pharmaceutique)
  • SAVERGLASS (fabricant d’emballage en verre) traitement des émissions canalisées de COV
  • SAVIPLAST (équipementier automobile), Plan de Gestion des Solvants (PGS)/traitement des émissions canalisées de COV
  • SCHNEIDER (fabrication matériel électrique)
  • SEALYNX Automotive (fabrication de joints en caoutchouc)
  • SEMO (imprimerie flexo)
  • SERGE FERRARI (fabrication de textiles techniques pour l’architecture)
  • SFG (décoration sur pièces cosmétiques)
  • SIGNAUX GIROD (fabricant de panneaux de signalisation)
  • SIFA (fonderie d’aluminium)
  • SICAL (fabricant d’emballages en polystyrène expansé PSE)
  • SMART (fabricant automobiles) traitement des émissions canalisées de COV
  • SNECMA (fabrication de pièces aéronautiques)
  • SOCIETE NANTAISE DE GALVANISATION (traitements de surfaces) Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)
  • SOCOPLAN (imprimerie hélio), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place d’un équipement de traitement biologique des COV
  • SOUPLETUBE (fabricant de tubes souples d’emballages)
  • SPARFLEX (imprimerie), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions SME/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place oxydeur régénératif de COV
  • STX (chantiers navals et construction d’hydroliennes) traitement des émissions canalisées de COV, mise en place oxydeur régénératif de COV
  • SUPERTAPE (fabrication d’adhésifs), étude réglementaire IPPC/IED, Plan de Gestion des Solvants PGS
  • SVE groupe Saint gobain (fabricant de verre plat et de pièces automobiles), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions de COV (SME)
  • TOLERPRO (production d’éléments de climatisation)
  • VALEO Angers (équipementier automobile),Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions SME/traitement des émissions canalisées de COV, mise en place équipement adsorption sur charbon actif des COV
  • VALEO Blois (fabrication de phares automobiles), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions SME
  • VALEO Etaples (fabrication d’alternateurs)
  • VALEO Saint Clément (fabrication de feux arrières automobiles), Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions SME
  • VERRERIES DE LA SOMME (verrerie)
  • WALTEFAUGLE (fabrication de charpentes métalliques) Plan de Gestion des Solvants PGS/Schéma de Maîtrise des Emissions SME
  • etc.

Suivant »