Traitement des émissions canalisées de COV : lorsque les préoccupations environnementales rejoignent celles des économies d’énergie.

Ce retour d’expérience concerne une société spécialisée dans la fabrication d’emballages métalliques (bouteilles, aérosols). Ces produits sont revêtus à l’intérieur et à l’extérieur avec des revêtements organiques (laques et vernis).

Ces activités de revêtements organiques génèrent des émissions de Composés Organiques Volatils (COV), qui sont réglementées par l’arrêté ministériel du 2 février 1998. Lire la suite »

Traitement des Composés Organiques Volatils sur cabines de peinture et économies d’énergie

A l’heure actuelle, la majorité des applications de revêtements organiques sont réalisées avec des peintures solvantées contenant donc des Composés Organiques Volatils (COV), dont les émissions sont réglementées par l’arrêté ministériel du 2 février 1998 modifié pour les installations soumises à autorisation.

Les applications de peinture sont effectuées dans des cabines ventilées pour des raisons de protection des opérateurs. Les débits d’air extraits sont conséquents puisque la vitesse d’air dans la cabine doit être d’environ 0.5 m/s pour des applications manuelles.

Il en ressort des consommations d’énergie importantes liées à la ventilation de ces cabines. Une étude réalisée par le CETIAT en 2012 sur 7 PME montre que la consommation électrique et de chauffage des cabines d’application peinture représente 23 % de la consommation totale électrique et de chauffage des entreprises et que l’optimisation du fonctionnement de la ventilation des cabines constituait la piste de potentiel d’économies la plus importante. Lire la suite »

Energie et Environnement : traitement des émissions de Composés Organiques Volatils COV sur cabines de peinture et Economies d’Energie

A l’heure actuelle, la majorité des applications de revêtements organiques sont encore réalisées avec des peintures solvantées contenant donc des Composés Organiques Volatils (COV), dont les émissions sont réglementées par l’arrêté ministériel du 2 février 1998 modifié pour les installations soumises à autorisation. La conception des cabines d’application a un impact très important sur les consommations d’énergie et sur les investissements nécessaires pour le conditionnement de l’air neuf entrant dans l’installation et la dépollution de l’air pollué extrait chargé en Composés Organiques Volatils (COV). Lire la suite »

Priorités DRIRE pour 2009

La circulaire du MEEDDAT du 20 janvier 2009 fixe les actions nationales de l’inspection des installations classées pour 2009.  

Nous avons retenu 3 points essentiels qui concernent la réduction des pollutions atmosphériques et l’utilisation rationnelle de l’énergie dans l’industrie :

– la mise en oeuvre des meilleures techniques disponibles pour les installations IPPC

– la réduction des Emissions de Composés Organiques Volatils (COV) dans deux secteurs de l’industrie : le traitement et nettoyage de surfaces à l’aide de solvants chlorés et la réparation automobile

– l’Action nationale « efficacité énergétique » Lire la suite »

1.2 millions d’euros de gain pour le traitement des émissions de Composés Organiques Volatils COV grâce au Schéma de Maîtrise des Emissions SME

Le retour d’expérience présenté concerne une société fournisseur de l’industrie aéronautique.  L’objet de cette publication est d’insister sur la phase préliminaire d’étude de la réglementation indispensable avant de s’engager dans les investissements nécessaires à la mise en conformité réglementaire et sur les économies qui peuvent découler de cette analyse amont approfondie. Lire la suite »

300 000 euros économisés pour le traitement des émissions de Composés Organiques Volatils COV grâce au Schéma de Maîtrise des Emissions SME

Le retour d’expérience présenté concerne une entreprise spécialisée dans la fabrication des gros tubes en acier pour l’industrie.

Ces tubes sont peints à l’intérieur sur une installation de laquage utilisant des peintures époxy solvantées. L’évaporation des solvants au cours du process de fabrication génère des émissions atmosphériques de Composés Organiques Volatils (COV), qui sont nuisibles pour l’environnement.

Pour connaître sa situation par rapport à la réglementation (arrêté ministériel du 2 février 1998), la société a collaboré avec Christine Delahaye, ingénieur expert indépendant, signataire de la charte Energie-Environnement de l’ADEME, garantissant ainsi le respect des règles de déontologie. Lire la suite »

Action collective sur le Bilan Carbone organisée par l’Agence de Développement du Val de Marne

Christine Delahaye, associée à CAP Environnement, a été retenue pour former et accompagner les PME-PMI d’Ile de France dans une démarche de comptabilisation et de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), dans le cadre de l’action collective « Entreprises Éco-durables », mise en place par l’Agence de Développement du Val de Marne. Les entreprises participantes feront parmi de secteurs industriels variés.

La réalisation d’un Bilan CarboneTM vous permettra de réduire vos émissions de gaz à effet de serre (GES), votre dépendance aux énergies fossiles et l’impact d’une éventuelle taxe carbone.

Le coût global pour l’entreprise sera d’environ 2000 euros HT.

Une réunion d’information aura lieu le 5 novembre de 8h30 à 11 h à l’agence du Val de Marne 23, rue Raspail – 94200 Ivry-sur-Seine.

Pour toute information contacter C. Delahaye au : tél 01 48 77 78 90. Lire la suite »

Energie et Environnement : lorsque les préoccupations environnementales rejoignent celles des économies d’énergie.

 Ce retour d’expérience concerne une société spécialisée dans la fabrication de gants à haute technicité produits à base de caoutchouc, destinés aux industries nucléaires, de la collecte des déchets pharmaceutiques etc.Le site comprend plusieurs lignes de dissolution de caoutchouc dans des solvants organiques. L’évaporation de ces solvants au cours du process de fabrication génère des émissions atmosphériques de Composés Organiques Volatils (COV), qui sont nuisibles pour l’environnement.

En 1990, l’exploitant s’est donc équipé d’un épurateur thermique récupératif (incinérateur) pour abattre les émissions canalisées de Composés Organiques Volatils COV des deux lignes existant à cette époque.

Depuis 1990, le site s’est considérablement développé devenant un des leaders mondiaux dans son domaine : de nouvelles installations de production ont été mises en œuvre, sans dépollution des rejets de Composés Organiques Volatils COV canalisés. Lire la suite »

Cardinal Health s’est équipé d’un épurateur catalytique pour le traitement des émissions de Composés Organiques Volatils COV

Cardinal Health, anciennement LCO Santé située à Osny (95) conçoit et fabrique des produits pour l’industrie pharmaceutique dans deux domaines bien distincts : les principes actifs d’origine biologique ; la sous-traitance de spécialités pharmaceutiques. Ces activités génèrent des émissions de COV (Composés Organiques Volatils) qui dépassent les valeurs autorisées par la réglementation (arrêté ministériel du 2 février 1998) à partir du 30 octobre 2005, notamment en ce qui concerne les émissions canalisées. L’établissement est ainsi un exemple typique des petites entreprises concernées par le renforcement de la réglementation sur les émissions de Composés Organiques Volatils COV. Lire la suite »

Audit énergie

L’ efficacité énergétique et la réduction des coûts opérationnels sont des enjeux majeurs dans une industrie du traitements des surfaces très concurrentielle. Entre 2002 et 2012, l’électricité et le gaz ont augmenté respectivement de 40% et de 70%.

Dans le cadre du protocole de Kyoto, les industries doivent aussi faire face à une réglementation de plus en plus contraignante concernant les émissions de gaz carbonique CO2.

De plus, dans un environnement géopolitique instable et de raréfaction des énergies fossiles, l’indépendance énergétique constitue un enjeu fondamental pour la pérennité des entreprises.

Dans ce contexte, l’exploitant recherchera un accompagnement dans l’analyse de ses consommations d’énergie pour les réduire et se tourner vers les énergies « dites » renouvelables : cette démarche s’intégrant totalement dans une politique de développement durable.

quantification des consommations      cliquez sur le tableau

Résultats de l’audit énergie

Comme pour agir, il faut connaître, voici les informations et résultats issus de la réalisation d’un diagnostic énergies :

  • Quantification des différentes consommations pour toutes les énergies disponibles sur le site (par activité, process, utilités etc),
  • Hiérarchisation de ces consommations afin de déterminer les axes prioritaires d’actions,
  • Préconisation des dispositions à mettre en place pour réduire les consommations, (exemple lire dans les retours d’expérience l’article intitulé « Energie et Environnement : traitement des émissions de Composés Organiques Volatils COV et économies d’énergie« ),
  • Analyse de la faisabilité de l’utilisation des énergies renouvelables(exemple lire dans les retours d’expérience l’article intitulé « Energie et Environnement : lorsque les préoccupations environnementales rejoignent celles des économies d’énergie« ),
  • Evaluation des investissements à mettre en œuvre et des gains de consommations afférents,
  • Calcul de la réduction des rejets de gaz à effet de serre (GES) engendrée par l’utilisation des énergies renouvelables,
  • Intégration de ces données dans le Bilan Carbone.

Calcul réduction des rejets    cliquez sur le tableau

Bénéfices de l’audit énergie

Voici quelques bénéfices obtenus par les industriels grâce à la réalisation d’un diagnostic énergie :

  • Amélioration des performances des process,
  • Gains sur les consommations d’énergie, mise à jour des connaissances internes en matière de consommation d’énergie des procédés, services connexes,
  • Diminution et maîtrise des coûts énergétiques dans un contexte inflationniste,
  • Intégration des énergies renouvelables dans les évolutions futures des procédés,
  • Réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et de CO2.

Exemple de réduction des consommations d’énergie sur cabine de peinture

L’audit des consommations gaz et d’électricité d’une cabine de peinture avec un débit de 145 000 m3/ fonctionnant 24h/jour, 240 jours/an a mené à l’installation d’un dispositif d’optimisation de la ventilation. Cette modification a permis un gain financier de 81 000 euros et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (CO2) de 374 tonnes.

le dispositif est décrit dans la présentation ci- jointe.

Présentation VISION’AIR – PROB’AIR

Ce dispositif a reçu le prix de l’innovation au salon industrie 2016.

VISION AIR LAUREAT DU TROPHEE 2016

http://www.vision-air.org

Pour en savoir plus, lire aussi l’article :

http://www.depollution.org/2013/01/04/traitement-des-composes-organiques-volatils-sur-cabines-de-peinture-et-economies-denergie/#more-564

« Précédent