Traitement des émissions canalisées de Composés Organiques Volatils COV

Vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive de fournisseurs d’équipements de traitement des émissions canalisées de Composés Organiques Volatils COV et d’odeursLire la suite »

Traitement des émissions canalisées de COV : lorsque les préoccupations environnementales rejoignent celles des économies d’énergie.

Ce retour d’expérience concerne une société spécialisée dans la fabrication d’emballages métalliques (bouteilles, aérosols). Ces produits sont revêtus à l’intérieur et à l’extérieur avec des revêtements organiques (laques et vernis).

Ces activités de revêtements organiques génèrent des émissions de Composés Organiques Volatils (COV), qui sont réglementées par l’arrêté ministériel du 2 février 1998. Lire la suite »

Traitement des émissions canalisées de Composés Organiques Volatils COV

Le retour d’expérience présenté concerne une société fabriquant des petits pains sandwich destinés à la restauration rapide. Cette activité génère des émissions importantes de Composés Organiques Volatils COV liées à la fermentation des levures du pain.

Les odeurs et les émissions de Composés Organiques Volatils COV ne sont pas générées comme dans la plupart des secteurs industriels par l’utilisation de solvants. Elles sont dues à la nature de la matière première utilisée, qui contient des Composés Organiques Volatils COV. Le principal produit COV émis est l’éthanol. Lire la suite »

Traitement des Composés Organiques Volatils sur cabines de peinture et économies d’énergie

A l’heure actuelle, la majorité des applications de revêtements organiques sont réalisées avec des peintures solvantées contenant donc des Composés Organiques Volatils (COV), dont les émissions sont réglementées par l’arrêté ministériel du 2 février 1998 modifié pour les installations soumises à autorisation.

Les applications de peinture sont effectuées dans des cabines ventilées pour des raisons de protection des opérateurs. Les débits d’air extraits sont conséquents puisque la vitesse d’air dans la cabine doit être d’environ 0.5 m/s pour des applications manuelles.

Il en ressort des consommations d’énergie importantes liées à la ventilation de ces cabines. Une étude réalisée par le CETIAT en 2012 sur 7 PME montre que la consommation électrique et de chauffage des cabines d’application peinture représente 23 % de la consommation totale électrique et de chauffage des entreprises et que l’optimisation du fonctionnement de la ventilation des cabines constituait la piste de potentiel d’économies la plus importante. Lire la suite »

% d’oxygène pour la mesure des Composés Organiques Volatils (COV).

L’objet de cet article est d’attirer l’attention des exploitants sur la question du % d’oxygène indiqué dans les arrêtés préfectoraux pour les mesures de Composés Organiques Volatils (COV). Il arrive qu’il soit par exemple spécifié que les concentrations mesurées doivent être ramenées à une teneur en oxygène de 3%. Nous allons illustrer ci-dessous les conséquences que cela peut engendrer sur la base d’un cas concret rencontré. Lire la suite »

Energie et Environnement : traitement des émissions de Composés Organiques Volatils COV sur cabines de peinture et Economies d’Energie

A l’heure actuelle, la majorité des applications de revêtements organiques sont encore réalisées avec des peintures solvantées contenant donc des Composés Organiques Volatils (COV), dont les émissions sont réglementées par l’arrêté ministériel du 2 février 1998 modifié pour les installations soumises à autorisation. La conception des cabines d’application a un impact très important sur les consommations d’énergie et sur les investissements nécessaires pour le conditionnement de l’air neuf entrant dans l’installation et la dépollution de l’air pollué extrait chargé en Composés Organiques Volatils (COV). Lire la suite »

1.2 millions d’euros de gain pour le traitement des émissions de Composés Organiques Volatils COV grâce au Schéma de Maîtrise des Emissions SME

Le retour d’expérience présenté concerne une société fournisseur de l’industrie aéronautique.  L’objet de cette publication est d’insister sur la phase préliminaire d’étude de la réglementation indispensable avant de s’engager dans les investissements nécessaires à la mise en conformité réglementaire et sur les économies qui peuvent découler de cette analyse amont approfondie. Lire la suite »

Socoplan récompensé à Pollutec pour le traitement biologique des rejets de Composés Organiques Volatils COV

Prix entreprises et environnement :
Le Meeddat récompense neuf entreprises qui agissent de Troyes au Nicaragua

Comme chaque année, le Meeddat, en partenariat avec l’association Orée, le Crédit coopératif et Environnement Magazine, récompense, à travers le Prix entreprises et environnement, des entreprises qui mènent une politique volontariste de développement durable.

Les lauréats ont reçu leur récompense hier mardi 2 décembre 2008 sur le Plateau Pollutec TV des mains de Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, et les meilleurs d’entre eux représenteront la France aux prochains European Business Awards for the Environment.

Remise des trophées par Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie

Remise des trophées par Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie

Dans la catégorie PME-PMI,  la société SOCOPLAN (secteur de l’industrie de l’emballage) a reçu le deuxième Prix des Trophées des Technologies Economes et Propres catégorie PME-PMI, pour la mise en place du traitement biologique des émissions de Composés Organiques Volatils COV sur son site d’impression.

Lire la suite »

Energie et Environnement : lorsque les préoccupations environnementales rejoignent celles des économies d’énergie.

 Ce retour d’expérience concerne une société spécialisée dans la fabrication de gants à haute technicité produits à base de caoutchouc, destinés aux industries nucléaires, de la collecte des déchets pharmaceutiques etc.Le site comprend plusieurs lignes de dissolution de caoutchouc dans des solvants organiques. L’évaporation de ces solvants au cours du process de fabrication génère des émissions atmosphériques de Composés Organiques Volatils (COV), qui sont nuisibles pour l’environnement.

En 1990, l’exploitant s’est donc équipé d’un épurateur thermique récupératif (incinérateur) pour abattre les émissions canalisées de Composés Organiques Volatils COV des deux lignes existant à cette époque.

Depuis 1990, le site s’est considérablement développé devenant un des leaders mondiaux dans son domaine : de nouvelles installations de production ont été mises en œuvre, sans dépollution des rejets de Composés Organiques Volatils COV canalisés. Lire la suite »

Mise en place d’un Schéma de Maîtrise des Emissions (SME) de Composés Organiques Volatils COV pour un site à activités multiples

C’est l’histoire d’un débat contradictoire réussi avec la DRIRE qui démontre l’intérêt d’étudier de manière approfondie la réglementation concernant les émissions de Composés Organiques Volatils (COV), applicable au site. A l’origine, un site d’un équipementier de l’industrie automobile, comprenant deux activités utilisant des solvants et donc générant chacune des émissions de Composés Organiques Volatils COV : une activité d’application peinture et une activité d’encollage : Ces 2 activités utilisant des produits avec solvants.

Dans le cadre du respect des prescriptions de l’arrêté ministériel du 2 février 1998, L’exploitant a choisi de mettre en œuvre un Schéma de Maîtrise des Emissions (SME) et a abandonné l’option respect des Valeurs Limites d’Emissions (VLE).

Conformément à la circulaire d’application du Schéma de Maîtrise des Emissions (SME) du 23 décembre 2003, il calcule l’Emission Annuelle Cible (EAC) de la manière suivante : Lire la suite »

« Précédent